Horse in the house

Longueurs d'ondes (juillet 2019)


Zicazine (juillet 2019)
"Surpris, l’auditeur se concentre sur les textes mais se laisse régulièrement rattraper par des mélodies riches et complexes dans lesquelles les silences sont tout aussi importants que les notes, résultat très naturel d’une utilisation des machines et des instruments faite avec beaucoup de parcimonie et d’intelligence."

Magic, Revue Pop Moderne
(mars 2019)


POPnews (mars 2019)
"Gilles Poizat dont le free-folk enrobé de nappes synthétiques infusées par des synthétiseurs modulaires et de batteries hypnotiques capte immédiatement nos oreilles. On passe de l'arpège étrange aux distorsions bruitistes sans prévenir et ça nous ferait presque peur si le chant n'était pas placé sous le signe de Robert Wyatt."

Les Chroniques de HiKo (19 mars 2019)
"L'album se dévoile comme un recueil de chansons expérimentales touchantes, expressives et minimalistes, combinant avec brio ses mélodies pop accrocheuses et vibrantes à des arrangements électro dont les textures synthétiques et brinquebalantes captent d'emblée l’auditoire. Hanté de bribes folk mélancoliques et de réminiscences jazz raffinées, Horse In The House bouleverse et hypnotise !"

Section 26
(4 mars 2019)
Gilles Poizat a mis en musique les poèmes de Galen Hershey, le grand-père pasteur et fermier de Catherine Hershey avec laquelle il formait le duo dûment nommé Rev Galen. Il continue aujourd’hui le boulot en solo sur un très beau disque fraichement paru et en live, à la tête du quatuor Horse in the house (Alice Perret, Seb Finck et Julien Vadet). Ce sont des mélodies à briser le cœur, qui rappellent Syd Barrett et donc John Dowland, chantées comme par un Jad Fair très doux qui jouerait en plus de ça de la guitare comme Arto Lindsay et de la trompette comme Chet Baker dans un entrelacs vertigineux de violonades dissonantes et d’électronique rupestre, batterie mélodique en sus et synthé modulaire contaminant l’ensemble à la façon d’une bonne vieille varicelle. Le charme est immédiat, patraque, avec une fraîcheur d’aube à laquelle jamais n’attente la pourtant franche déglingue de l’exécution.

Magic RPM
(31 janvier 2019)
Gilles Poizat dévoile, en exclusivité pour Magic, Preface For Songs, extrait de son futur album Horse In The House, disponible le 22 février (Carton Records). L’ex-trompettiste de Mazalda met ici en musique les poèmes du pasteur-fermier Galen E. Hershey, grand-père de Catherine Hershey, avec qui il forme le duo Rev Galen. Ce morceau est un voyage poétique où se mêlent synthés psychédéliques et léger rythme jazzy.

Médiapart - le blog de Jean-Jacques Birgé
(24 janvier 2019)
"Après l'excellent Rev Galen, Gilles Poizat revient avec de nouveaux poèmes de Galen E. Hershey qu'il a mis en musique. L'électronique se mêle habilement aux sons acoustiques. On plane dans un psychédélisme intemporel parfumé au jazz avec des accents björkiens..."

Le Salon de Mélanie Bauer
(24 janvier 2019)
"Horse In The House. Alors voilà, encore un disque étrange, intime et formidable. [...] des diamants dans les yeux, un luxe pour les oreilles difficiles. J’apprécie toujours les sons surprenants, les harmonies alambiquées, la poésie brute et la sincérité. Des qualités que je retrouve ici. Un disque qui mérite une hi fi ronde et un canapé confortable à écouter de ses deux oreilles."

Froggy's delight
"La musique de Gilles Poizat est un espace d’expression libre, entre musique contemporaine, chanson, jazz, électronique et expérimentations sonores."

Foutraque (17 février 2019)
"Quelque part entre Robert Wyatt, Brian Wilson, Half Japanese/Jad Fair, Colin Newman, Arto Lindsay, un tableau de René Magritte ou une animation de Jean-Michel Folon, la musique de Gilles Poizat promène notre esprit avec élégance"

Rev Galen

The Wire (UK) (n°388 - Juin 2016)



karoo (mai 2017)
"Okraïna : Faire germer les territoires musicaux d’à côté
[...] Rev Galen (okraïna#6) traversait la pellicule lisse de l’onde pour nous permettre de vagabonder parmi les songes poétiques du révérend du Michigan Galen E. Hershey, couchés sur vélin entre 1946 et 1976. Officiant comme sherpas au milieu des fantômes d’une lande constituée pour moitié d’éther, Catherine Hershey, la petite-fille de l’homme de prières – au chant sylphide – et Gilles Poizat – en héritier très juste et sobre du grand Wyatt, entre voix, trompette et guitare – se muaient en d’excellents remèdes à la mélancolie, nous permettaient d’accueillir la nuit de façon suspendue mais ne manquant pas de griffe."
Anne-Lise Remacle


Le Drone (avril 2016)
Ces rencontres entre l’ancien (la tradition) et le nouveau (la réinterprétation), l’Europe et l’Amérique, se concrétisent chez Okraïna de manière récurrente par des duos, des rencontres (Decazes / Chenaux, Decazes / Dora, Ignatz / Harris Newman, Ed Askew / Steve Gunn, Ed Askew / Joshua…). Une des plus belles (et aussi la plus récente du label), a lieu chez Rev Galen, réunissant Catherine Hershey, qui chante les poèmes de son grand-père Galen E. Hershey, pasteur-fermier à Pontiac (Michigan) et Gilles Poizat (guitare, trompette, voix), comme la mise en musique emblématique (au carré, dirions-nous) de cette connexion qui traverse le temps et l’océan.


The Active Listener (May 2016)
Reviewed by Grey Malkin (The Hare & the Moon)
"From the ever reliable and superb Okraina label comes this fascinating and evocative new 10” vinyl and download recording from Rev Galen. A collection of poems by Pastor and farmer Galen E. Hershey set to music by his granddaughter Catherine and fellow composer Gilles Poizat, this is a unique and highly personal release that also transforms into a hugely affecting and atmospheric musical work.
The album begins with 'Irony', bowed guitar humming darkly beneath plucked strings to create an ominous and almost soundtrack style opener. Catherine Hershey's voice enters, creating a haunted but beautiful ambience with her crystalline vocals, reciting her grandfathers poetry in song form. Essentially folk in style but also free-form and filled with atmosphere and moments of both tension and sheer loveliness this is a heartstoppingly intimate recording. 'Warm August Wind' is a thing of beauty; deeply emotive and immersive words are sung with a stately grace and melancholy that serves as a tribute and yet also brings the poems utterly to life. 'Heart Lyric' is sung by Poizat who also adds a mournful trumpet to the simple but effective keyboard lines, the cumulative effect reminding this listener of Robert Wyatt's otherworldly 'Rock Bottom' (itself a tone poem of sorts). 'Do You Hear', with its finger picked guitar and interwoven dual vocals, is a timeless slice of acidic folk that both bewitches and entrances. Fans of Bonnie Prince Billy's 'The Letting Go' and of the work of Dawn (Faun Fables) McCarthy will adore this. Next, 'Lullaby' is gorgeous trumpet led lament that send shivers up the spine; special mention must go to Hershey's vocals which are equally utterly heartbreaking and spellbinding. 'Dilemma And Decision' adds an element of tonal performance in its frantic tumbling guitar and tense delivery whilst 'Dreams' is a gentle, ethereal, glistening slice of psych folk with echoes of Joanna Newsom's delicate delivery. Solitary woodwind accompanies Hershey on the finale 'To Whisper', a chanson number of quiet dignity and power that leaves the listener both breathless and captivated.
A short album perhaps but one with a quiet mastery and strength evoked by its sheer beauty and easy grace, 'Rev Galen' is a thing of wonder. This is the kind of music that ploughs its own furrow and is at risk of passing an audience by; do not let this happen. Immerse yourself in this unique world of words and song."


La Voix des Sirènes



Ce que Sing Sing (Arlt) en dit :
"Le disque de Rev Galen ne dure que 22 minutes, c'est à la fois forcément trop court (on en redemande, on en redemande, on voudrait que ça dure, on voudrait que ça ne finisse jamais) et idéal. Ah ça, ces 22mn ne pèsent pas pour rien. Ce sont pourtant 22 mn d'une légèreté absolue, 22 mn qui floconnent sur nos fronts, ces fronts qui poussés contre la vitre dessinent à la fièvre tout un monde de cristal sur le givre et la buée.

Comme son nom l'avoue volontiers, ce disque d'hallucination tranquille (mais méfions-nous) s'échafaude dans toute sa durée saugrenue autour de 8 poèmes que feu le Réverend Galen Hershey, grand-père de Catherine Hershey, qui chante ici,  consignait plus ou moins dans le secret, dans ses carnets. Ce sont des poèmes simples et beaux, qui ont la simplicité et la beauté des poèmes que l'on consigne plus ou moins dans le secret, dans des carnets. Le secret des carnets est plus ou moins le plus simple et le plus beau des secrets.
Catherine Hershey, donc, qui chante ici, chante avec l'admirable justesse et le coeur un peu ivre (transi de la joie de chanter, de l'émotion de déflorer le secret des carnets, de la peur d'on ne sait trop quoi qui vient froisser quelque chose très loin, et dont l'épiderme vient traduire l'énigmatique alphabet. Quand je parle d'épiderme, c'est à notre épiderme à nous, auditeurs, que je pense, je ne sais pas si c'était clair. J'espère qu'à présent ça l'est. Je veux dire: clair. Toujours est-il que ces 8 poèmes, par la grâce du chant, de la musique de peu, de la ferveur toute vacillante de l'interprétation, sont devenus de véritables chansons. Des chansons comme on les aime et comme on n'en surprend que trop rarement. C'est à dire immédiatement reconnaissables, indécrottablement poignantes, très étranges dans leur familiarité même.
Gilles Poizat, fait trembler dans la réverb' une guitare patiente, égrenant ses notes furtives comme un chapelet d'osselets, tire d'une trompette le genre de traits subtilement diffractées qu'on entend sur le Rock Bottom de Robert Wyatt, siffle comme on se cache pour pleurer et chante comme un bébé baleine en train de rêver (ou alors il vocifère, comme un Jad Fair coincé en haut du toboggan, ça pourrait faire marrer mais c'est déchirant). Catherine Hershey, yeux grands ouverts sur ce qui sort de sa bouche et fait de cette fumée dont les peaux-rouges fatigués font leur courrier, donne à ses mélodies le galbe des plus intrigants mollets (je pense aux mollets du Chaperon brûlant de rouge que vous savez, et que convoite le loup des contes). Ce sont des chansons tristes et pleines, un peu voilées,  et dont le coeur déborde de partout, mais avec un calme d'aube sûre de sa légitimité d'aube. Comme toutes les musiques en convoquent d'autre (c'est ce qui est chouette avec la musique, c'est qu'elle sait ouvrir sa table), on pensera aux comptines d'Ivor Cutler, à la ritournelle de Pearl dans "La nuit du chasseur", aux plus douces et vénéneuses ballades de Shirley Collins, à quelques airs élisabéthains  tels qu'ils furent déjà, dans une autre vie, rendus effervescents par Syd Barrett. On y pensera sans que cela ne nous gène en rien. Et puis on ne pensera plus du tout, trop occupés à soigner nos bleus, ces bleus exquis que font à l'âme les chansons dont on sait qu'on ne les oubliera jamais."


Rif Raf (Belgique)



rotational review (Toronto)
"poetry, by way of galen e hershey, grandfather of catherine hershey who sings, with instrumental and voice accompaniment by gilles poizat, voicing and finding harmony, embracingly elegant and perfectly tuned. the almost unfinished, but completely unbusy, found-photographic nature of the ballading fragments helps the creators-total find the meaningful in the words and to dress them in particularly honest and paired skill.  
celtic-like whisper beautiful singing, in rounded and shaped folk tradition, melodically in a rich as-a-life-working/lived, sometimes emptying in a cappella solo freeze, and sometimes in droning and mysterious older times of perception, a remembering of other works and belief, calling out to the fields and the day's labour, and calling out to the clouds and the sky and what may sit behind and on top.
strongest memories of family and the words written in poetic descriptatory fate, in lullaby-simplification, yet filled with ode'ing winks and the yellowing of sun-hit outdoor vibrant footage uncovered in the attics and suitcases of our wiser histories. writings of specific times and feelings transposed/translated to warmth-as-a-reminder lamp-folk, lighted by ancestry and carried by the family tree.  
lyric-songs, poetic in aged language, instruments turning to olden tones prettily adding together in harmonic match, trumpet lonely but in confidence quietly mirrors the quieter voice sculpting the two into a singular climbing breath fogging the windows and wiping clean the last notes on turning wheels and the last reverberated echo drops off into the other rooms holding the melodies tight. they'll be sung again."


music won't save you (Italie)
"Le poesie di un pastore protestante che diventano canzoni evocative; le sue storie legate al mondo contadino che ritrovano una surreale dimensione folk. Questo il contenuto degli otto brevi brani di un originale duo che omaggia anche nel nome il reverendo Galen E. Hershey, incidentalmente nonno di Catherine Hershey, cantante francese accompagna nell’operazione dal Gilles Poizat, che la supporta alla chitarra e alla tromba.
In poco più di venti minuti, il duo fa rivivere gli antichi testi poetici di Hershey sotto forma di declamazioni rapite che sanno di antico e di mistero, più spettrali di quanto non diano l’impressione di avvicinare a una qualche trascendenza. Mentre i primi due brani in scaletta sono costruiti soltanto sulle risonanze lunari di organici timbri chitarristici, il duo introduce via via nel proprio registro elementi e variazioni che lo indirizzano ora verso vellutate atmosfere jazzy (“Heart Lyric”), ora verso un folk (la ballata “Do You Hear”, con pregevole intreccio vocale con Poizat) e persino verso brusche dissonanze post-punk (il primo minuto di “Dilemma And Decision”).
A fare da filo conduttore dell’interessante operazione di Rev Galen restano comunque le eleganti interpretazioni della Heshey, capace di evocare le brume drone-folk di sparute note d’organo (“Lullaby”, “To Whisper”) e di rivestirsi di sognanti accenti acustici (nella delicata ballata “Dreams”)."


the little dog laughed (Berlin)

I haven´t been writing a lot for quite a while except for radioshows and dj mixes, so sorry for that, but now the first few interesting new releases of the year are about to come and first I´d like to mention those two great Lp´s, I really listnened to in heavy rotation over the last days.
The first is another fine 10″ release by Brussels label Okraina records, that came up last year with the fantastic “Song Cycle” by Eloise Decazes & Delphine Dora with new -interpretations of old Luciano Berio Songs.  And in the new 22 minutes  EP we hear Catherine Hershey singing old poems of her grandfather Galen E. Hershey,  a pastor in Pontiac, Michigan.
The first two songs are dark stripped down intimate folk songs, “Warm August Wind” almost acapella sung by Cathrine Hershey, while the third song “Heart Lyric”, my personal favourite,  is sung by Gilles Poizat and accompanied by a sudden -I´ll call it spanish for no reason – trumpet tune. Poizat´s voice reminds especially in this song of Robert Wyatt or John Jacob Niles.  The next songs, sung by both are meandering between folk tunes and sudden velvet underground noise pieces and guitar, flute and trumped tunes, always surprising and keeping the fragile tension of these poems. Mesmerizing and of simple beauty – like the artwork is!
I am no ancient bard / Serene and bold  / Whose words are smooth and hard /Outwearing gold /Nor am I prophet / Who stands alone / To carve his rude surmis / Of truth in stone / As autumn drops each leaf / My songs go free / Their silent flight as brief / As flight can be / By chance, my words may ease / Some ache or wrong /But mostly may they please / The ways of song                                                                  

(Rev. Galen E. Hershey – “Preface For Songs”)



Micro-vertige et l'expérience du flottement

Ce que Sing Sing (Arlt) en dit :

"c'est un secret trop bien gardé que ce gilles poizat. on pensera à un syd barrett scientifque, au fred frith des années anglaises, à ivor cutler accompagné par arto lindsay, au petit soap opera secoué de spasmes étranges bricolé naguère par lynch (twin peaks évidemment). tout à fait étrange bien que parfaitement clair et génialement lisible, une vraie force vive dans notre tout petit pays."


L'Oeil de la lymphe
(novembre 2012)

« Seul en scène avec guitare, trompette et pédales d'efets psychotropes, ce songwriter de génie nous entraîne dans les méandres d'une forêt intérieure étrangement habitée, où les mots ne nous sont d'aucun repères. Même si on le sait totalement bilingue et compositeur de morceaux teintés d'une folk plus britannique tirant parfois vers le punk-noise, il nous a ofert ce jeudi un set comme un très fn fl, fragile, majoritairement en français et en frissons. Ce qui est bien avec Gilles Poizat, c'est qu'on a beau écouter sa musique plusieurs fois, on ne s'y habitue pas. » Gaëlle Jeannard


L'Oreille Absolue
(mars 2012) (voir aussi l'interview ci-dessous)

"Nouveau pensionnaire de l'excellent label Carton, Gilles Poizat s'avance en éclaireur doucement allumé sur les terres d'un songwriting anglo-français où le rêve peut se transformer en expérience, la recherche en poésie et la pensée en montée de fèvre." Richard Robert


Electrophone

"Une thèse en écologie statistique, des recherches sur la démographie des poissons en Camargue. Rien ne prédestinait Gilles Poizat à la musique jusqu’à des études de trompette classique et un service militaire effectué en tant que coopérant en Guinée où il rencontre le joueur de Kora Ba Cissoko. Tout deux forment le groupe Tamalalou et connaissent quelques succès dans le milieu. Mais c’est loin de la world music que Gilles Poizat sort son premier album solo sur le label Carton. A l’image de la pochette aux accents psychédéliques regroupant les treize morceaux de Micro-vertige et l'expérience du flottement, c’est dans un univers proche de la scène de canterbury des 70’s  que Gilles Poizat explore ses nouveaux horizons mélodiques. Grâce à une pop bancale et des comptines folks, seul accompagné de sa guitare, Gilles Poizat nous emmène dans son monde de folie ordinaire (Parasite). Tel un barde pop chantant en français et en anglais, Gilles Poizat arrive à se faire assimiler à Syd Barrett (Proper Dance), Robert Wyatt (Zissou) et Kevin Ayers (Question). Objet sonore non identifiable, Gilles Poizat a surtout sa propre personnalité dans une scène française en mal d’excentricité. Seul peut-être, et dans un tout autre registre, Antoine Loyer pourrait faire figure de principal concurrent."


Benzine mag
(avril 2012)

"Mais qu’est-ce qui fait courir Gilles Poizat ? L’homme est aussi insaisissable que sa musique. Trompettiste de formation (il en reste des traces sur Lentement ou Major Quality), joueur de kora pour des artistes africains, le songwriter a fnalement choisi la guitare pour assoire sa musique dans une position pour le moins bancale. Poizat a des micro-vertiges et des fottements et on le comprend. L’homme est un esprit libre, un franc-tireur qui peut dégoupiller une bombe punk noise (parasite) ou improviser une pièce instrumentale à la guitare acoustique (Lit-Cage dans la lignée de l’aventureux L’Ocelle Mare) ou irradier la chanson française par des rayons expérimentaux (Moment de force). Entre ces extrêmes, Poizat écrit de drôles de folk songs, chaotiques et changeantes mais recomposant des passages d’une beauté fragile, comme le pourpre rétinien qui se reforme après avoir été plongé dans l’obscurité. On pourrait citer Daniel Johnston ou Ariel Pink si le Français n’insufait une dose de folk plus britannique dans ses chansons éprises de liberté (Proper dance ou l’étrange Twin Peaks Baby). Débridé, bizarrement taillé mais fnalement attachant." Denis Zorgniotti


Ground Control to Major Tom
(février 2012)

"Une thèse en écologie statistique, des recherches sur la démographie des poissons en Camargue. Rien ne prédestinait Gilles Poizat à la musique jusqu’à des études de trompette classique et un service militaire efectué en tant que coopérant en Guinée où il rencontre le joueur de Kora Ba Cissoko. Tout deux forment le groupe Tamalalou et connaissent quelques succès dans le milieu. Mais c’est loin de la world music que Gilles Poizat sort son premier album solo sur le label Carton. A l’image de la pochette aux accents psychédéliques regroupant les treize morceaux de Micro-vertige et l'expérience du fottement, c’est dans un univers proche de la scène de canterbury des 70’s que Gilles Poizat explore ses nouveaux horizons mélodiques. Grâce à une pop bancale et des comptines folks, seul accompagné de sa guitare, Gilles Poizat nous emmène dans son monde de folie ordinaire (Parasite). Tel un barde pop chantant en français et en anglais, Gilles Poizat arrive à se faire assimiler à Syd Barrett (Proper Dance), Robert Wyatt (Zissou) et Kevin Ayers (Question). Objet sonore non identifable, Gilles Poizat a surtout sa propre personnalité dans une scène française en mal d’excentricité. Seul peut-être, et dans un tout autre registre, Antoine Loyer pourrait faire fgure de principal concurrent."


Zicazine
(février 2012)

"Touche à tout de génie, Gilles Poizat a commencé par apprendre la trompette classique tout en jouant de la guitare pour le fun le soir dans sa chambre et non content d’avoir joué de la kora avec Ba Cissoko et M’Badi Koyaté à Conakri, c’est vers la trompette qu’il reviendra pour accompagner divers groupes comme Le Philharmonique de la Roquette, Musicabrass ou encore Le Grand Bal Des Cousins … Commençant à donner de la voix au sein de Mazalda, l’envie d’écrire et de reprendre une guitare pour proposer des chansons en solo ne tardera pas à apparaître, Gilles Poizat s’exécutant de bonne grâce et commençant à donner ses premiers concerts avant de se décider à mettre en boite un premier album en compagnie de Gilles Olivesi qui se chargera de l’enregistrement et de la réalisation. L’histoire est désormais en marche ! Il a la fbre expérimentale et ne s’attarde pas à faire les même chansons que tout le monde, panachant les mélodies au gré de ses envies de quelques élucubrations vocales ou au contraire d’une sorte de déluge post punk des plus surprenants. Dans son "Micro-vertige …", le troubadour a voulu mettre un maximum de choses, quitte à un peu se disperser, et c’est en forme de creuset bouillonnant d’inventivité qu’il nous invite à "… l’expérience du fottement", installant un climat étrange où apesanteur et gravitation fnissent par se rejoindre et où des pièces comme "Proper Dance", "Parasite", "Major Quality", "Moment de force" ou "Allongé" se font les instruments de son envie de surprendre et en même temps de convaincre. Qu’il jongle avec les genres ou encore avec les mots, qu’il se laisse aller à chanter en Anglais ou encore en Français, voire carrément à y aller d’une série d’onomatopées, c’est en un équilibre instable mais attitrant que Gilles Poizat se livre à nous, un peu à la manière d’un Frank Zappa, d’un Nosfell ou d’une Nina Hagen, toutes proportions gardées. Servi dans un format sobre et en carton recyclé, l’efort se veut durable, et à plus d’un titre ! Affaire à suivre …"


Heavy Mental
(janvier 2012)

"Carton records étonne à nouveau avec la publication du premier album de Gilles Poizat, Micro-Vertige Et L’Expérience Du Flottement. Quel titre, hein ? Et si je vous précise qu’en plus Gilles Poizat chante accompagné de sa seule guitare ou presque une sorte de folk psychédélique et bancal, je suis sûr que la plupart d’entre vous fnirez par fuir en courant. Donc je ne vous dis rien du tout. Mais honnêtement je n’en pense pas moins. Et à l’intention de toutes celles et de tous ceux qui ont décidé au contraire de rester collé(e)s à cette chronique pour au maximum une minute supplémentaire, je ne peux que vous féliciter et vous dire que vous faîtes très bien : Gilles Poizat et Micro-Vertige Et L’Expérience Du Flottement sont une magnifque découverte.
Mais faisons rapidement les présentations. Le garçon dont on vous parle ici a testé maintes expériences musicales en groupe et possède également une solide expérience en matière d’apprentissage classique de la musique, option trompette (instrument que l’on retrouve de rares fois mais toujours à propos le long de Micro-Vertige Et L’Expérience Du Flottement). Et puis un jour il a eu envie de composer et de chanter tout seul, hop-la. Cela a l’air très facile, expliqué comme ça. Et ça l’est tout autant à l’écoute d’un disque qui dès les premiers instants se révèle lumineux, d’une beauté simple mais vertigineuse, d’une émotion instinctive. Le charme est total, immédiat et durable.
Des chansons c’est donc uniquement ce que propose Micro-Vertige Et L’Expérience Du Flottement, il y en a onze en tout, mais des chansons de cette qualité et de ce genre de vérité là, on n’en rencontre pas tous les jours. Et même pas à chaque équinoxe de Printemps. Et peut être pas plus d’une petite poignée de fois dans sa vie d’amoureux de la musique. Carrément. Des chansons expérimentales mais expressives qui résonnent dans leur entier, vibrantes malgré l’économie des moyens employés (c’est donc qu’ils le sont avec une justesse appropriée) et intimement touchantes. Des textes – en anglais et en français – à en chialer, une façon de chanter entre traverses bancales, fragilité assumée, lyrisme pop et, enfn, des tournures mélodiques ainsi qu’une étrangeté familière à s’en retrouver tout habillé de chair de poulet pour un bon moment. On peut penser à beaucoup de choses et à de grands noms à l’écoute de la musique de Gilles Poizat – Syd Barrett, Robert Wyatt mais aussi David Grubbs – mais on découvre vraiment et surtout un musicien, un chanteur, un compositeur, un auteur…"


RadioKultura
(décembre 2011)

"Je voudrais rajouter et juste fnir cette année sur ce qui sera surement le dernier disque atterri dans ma boite aux lettres, le dernier disque 2011 pour l'excellent label Carton records. Le disque de Gilles Poizat "micro-vertige et l'expérience du fottement" qui je l’espère fera un peu de buzz en cette année 2012, ces 13 titres de folk un peu psyché vous réchaufferons le coeur et l'esprit, somptueux !!!"


L'Oreille Absolue
(mars 2012) interview par Richard Robert

"Se construire et créer à sa façon"
Nouveau pensionnaire de l'excellent label Carton, GILLES POIZAT s'avance en éclaireur doucement allumé sur les terres d'un
songwriting anglo-français où le rêve peut se transformer en expérience, la recherche en poésie et la pensée en montée de
fèvre. Entretien avec un véritable maître alchimiste.
Gilles Poizat : J'ai commencé la musique tout gamin, en entrant au conservatoire à 6-7 ans et en y apprenant la trompette à
partir de 8 ans. Depuis, je n'ai jamais arrêté de jouer, même si, pendant longtemps, je n'en ai pas fait un métier… A l'âge
où j'étais au lycée, l'ambiance, dans la classe de trompette, était à la professionnalisation. Moi, j'étais un peu dans l'entredeux.
J'ai vaguement pensé à suivre cette voie, mais je ne bossais pas assez l'instrument pour passer les examens, je
n'avais pas non plus d'horaires aménagés au lycée. Je suis entré en fac de biologie, et comme ça m'a beaucoup plu j'ai pris
ce chemin. Mais je n'ai pas barré la musique de ma vie. C'est même après le conservatoire que j'ai commencé à monter des
groupes. J'ai ensuite passé de nombreuses années à me demander si je voulais continuer à être chercheur en biologie ou si
je voulais me consacrer à la seule musique. Je me suis longtemps posé la question de ma légitimité.
Une question que tu liais à tes compétences en tant que musicien ?
Non, plutôt à cette idée de faire de la musique un métier. Qu'est-ce que j'ai vraiment à faire sur scène ? C'est toute la
question de l'esprit et du rôle social de l'artiste. Pourquoi est-ce lui qui est sur scène et s'exprime devant les gens ? Qu'estce
qu'il a de si intéressant à dire pour qu'on l'écoute avec attention ? Bon, aujourd'hui, j'ai un peu dépassé ces
interrogations. Je me suis légèrement détendu…
Le fait de jouer dans des groupes, notamment depuis 2002 au sein du collectif Mazalda, où tu es par nature moins exposé
que dans une confguration solo, n'a pas atténué ces questionnements ?
Oui et non. J'ai par exemple longtemps joué avec une fanfare, Musicabrass, qui a été créée dans les années 80 et qui a été
assez novatrice dans le spectacle de rue, notamment en utilisant l'improvisation musicale et en jouant avec les situations,
les contextes, en apportant quelque chose d'absurde et de comique. J'aimais ça, ça m'attirait vraiment beaucoup. Mais
j'avais l'impression de ne pas être moi-même assez libéré pour pouvoir jouer comme ça avec les codes de la vie sociale.
Dans ma propre existence, je ne suis pas très à l'aise avec eux… Tout ça m'a donc amené à me poser des questions. Pour
moi, ces doutes rejoignent le fait que j'ai beaucoup de mal à écrire des paroles, surtout en français. Je me demande si j'ai
vraiment quelque chose à dire… Ce qui, aujourd'hui, me plaît dans mon projet solo, c'est qu'il m'a permis de trouver un
petit chemin pour me creuser une place. Une place qui n'est pas déterminée par d'autres musiciens, et qui se situe à une
échelle qui me correspond.
Cette question de la légitimité, tu ne penses pas qu'elle peut se poser dans tout corps de métier ?
Si, certainement. Elle se pose aussi dans la recherche, d'ailleurs… Mais la grande diférence, c'est qu'il y a dans ce milieu un
côté académique : tes diplômes ou ton poste t'octroient automatiquement une autorité, ou au moins une légitimité. Dans
la filière de la musique classique, je suppose que ça peut fonctionner de la même façon. Mais dans mon cas, et dans le
type de musique que je joue, il n'y a aucun de ces critères académiques. Et c'est ce qui, finalement, m'a attiré et m'a
amené, fin 2004, à lâcher la recherche et à devenir intermittent. A partir de là, c'était vraiment à moi de mener ma barque,
de vivre d'une activité qui ne dépendait que de moi, et pas de mes diplômes. J'ai suivi cette logique jusqu'au point de me
retrouver aujourd'hui à me produire sous mon nom avec un instrument, la guitare, dont je ne sais pas jouer de manière
orthodoxe.
Pour quelqu'un qui doute, tu ne crains quand même pas de te jeter à l'eau.
Oui, mais je mets du temps, quand même, hein… J'hésite pas mal sur le plongeoir…
En musique, je trouve important de ne pas forcer les choses. Il m'a fallu des années à jouer de la trompette dans des
contextes de groupe avant que je mette à l'écriture de chansons guitare-voix. Avec Micro-vertige et l'expérience du
fottement [en écoute ici dans Le Creux de L'Oreille], je me suis retrouvé en situation de débutant. La guitare, j'en jouais
depuis l'adolescence, mais dans ma chambre. Jamais je ne l'avais pratiquée dans un groupe ou devant les gens. Au départ,
cette histoire en solo était donc très fragile, et ça s'est d'ailleurs passé tout doucement. J'ai joué certaines de ces chansons
avec Mazalda, d'autres ne collaient pas avec le répertoire du groupe. Ensuite, on a essayé une formule en trio, avec batterie
et orgue. Mais comme je ne suis pas très assuré à la guitare, et que jouer avec d'autres me stressait un peu, j'ai finalement
eu envie de voir ce que ça donnerait tout seul.
Comment expliques-tu ce passage assez tardif au solo ?
Quand on apporte une chanson à un collectif, chacun fnit par se l'approprier – sauf si, d'entrée, on en a une idée vraiment
très claire. Ça peut être l'un des bons côtés du travail de groupe, mais à force, on perd un peu le fil, son fil. J'ai donc voulu
me rapprocher de la chanson, dans la solitude. C'était à la fois vraiment flippant et intrigant : j'étais très curieux de voir ce
que ça allait donner.
Tu n'avais donc pas de pistes ni de plans particuliers, tu ne savais pas trop où tu mettais les pieds ?
Musicalement, j'avais bien quelques idées. Mais encore une fois, tout s'est mis en place graduellement, ponctuellement. De
temps à autre, ici et là, des relations et copains m'ont proposé de me produire tout seul. Maintenant, une fois l'album
enregistré, avec tout le temps et toute l'énergie que j'y ai mis, j'ai envie qu'il soit un peu écouté. En matière de disques,
mes expériences précédentes, que ce soit avec Mazalda ou avec Greg Gilg [Gilles Poizat a participé en tant
qu'instrumentiste à l'enregistrement de l'album de ce dernier, 14:14] par exemple, ont toujours été un peu les mêmes : on
réalise un disque, mais comme il n'est pas distribué, qu'il n'y a pas de label ni de promo, il n'existe pas vraiment, il ne se
passe pas grand-chose, en dehors des ventes qu'on peut faire aux concerts. Je trouve ça dommage. On aboutit un projet,
et ça n'ouvre pas de portes, ça ne provoque pas de rencontres. Pour Micro-vertige…, c'est un peu diférent, puisque j'ai eu
cette proposition de Seb Brun, du label Carton. Ça m'a beaucoup plu, parce que, là aussi, il n'y a rien eu de forcé,
d'artifciel. J'ai d'abord rencontré Guillaume Magne [du groupe OK, également impliqué dans le label Carton] il y a quelques
années, via MySpace : chacun appréciait les chansons de l'autre, on s'est partagé des concerts à Paris, à Lyon et dans la
région… La connexion s'est tissée comme ça, naturellement, au fil du temps. Du coup, lorsqu'il m'a été proposé d'être sur
Carton, ça avait vraiment un sens. Le fait d'avoir sorti le disque sur un label a généré des chroniques sur internet : tout ça a
contribué à me donner un peu confance. Pour la première fois, j'ai démarché activement des lieux, recherché des dates.
C'est quelque chose je n'avais jamais fait auparavant. Aujourd'hui, même si je suis toujours bien occupé par Mazalda, et
par d'autres groupes dans lesquels je joue, c'est le solo qui m'occupe le plus l'esprit.
As-tu l'impression d'être un musicien différent depuis que tu t'es lancé dans la composition et le jeu en solo ?
Je n'ai pas changé fondamentalement, j'ai simplement le sentiment d'avoir avancé. Là où je me suis un peu découvert, c'est
dans le fait d'oser être là, seul, face à un public. Ce qui est particulier, notamment parce que je n'utilise pas de boucles ou
de choses comme ça, c'est que ça peut s'arrêter à chaque instant. C'est très diférent de mes expériences en tant que
trompettiste dans des groupes : là, si je m'arrête, la musique peut continuer sans moi. En solo, tout ne dépend que de moi.
Je peux foirer un passage, ou choisir de suspendre mon geste, d'amener un moment de silence que je laisse vivre… Autant
de choses que je découvre et avec lesquelles j'aime bien jouer.
Tu dis "foirer un passage" avec un grand sourire, comme si ce n'était pas du tout un drame.
Au début, j'avais vraiment du mal à me concentrer sur la durée d'un concert et je me trompais souvent d'accord. Là dessus,
j'ai avancé. Aujourd'hui, si je me plante, je ne le cache pas et je reprends : ça passe. Le problème, quand tu te
trompes à répétition, c'est que ça te met vite dans la peau du musicien vulnérable, maladroit. Et ça, au bout d'un moment,
je trouve que ça casse quelque chose. Il y a des gens, aujourd'hui, qui me disent : "Ah, on aimait bien quand, au début, tu
n'arrêtais pas de te planter, c'était vraiment fragile !" Oui, c'était peut-être marrant, mais moi j'ai envie de quelque chose
de plus solide. La fragilité, je l'aime à travers l'idée que ça peut s'arrêter à chaque instant. Pas à travers le fait que je
connaisse mal mes morceaux ou que j'aie du mal à rester concentré : ça, ça n'est pas très intéressant, je ne vois pas ce que
ça apporte…
D'autant que, sur disque, tes chansons ne reposent pas du tout sur cette idée de fragilité. Elles expriment même un certain
souci de précision, et véhiculent une dynamique, la volonté d'aller d'un point A à un point B.
C'est en tout cas ce que j'essaie de réaliser.
En dépit du format qui s'y rattache et du nombre limité d'outils que tu t'es donné (guitare, voix, trompette), tes chansons
balaient un spectre expressif assez large : il y a des moments où la matière sonore est dense, d'autres au contraire où elle
est plus diluée et épurée, des passages où elle est chaotique et d'autres où elle est plus stable.
J'aimerais bien que ce travail sur la matière transparaisse, oui. Je voudrais d'ailleurs aller encore plus loin dans cette
direction, en créant des ambiances sonores assez larges. Mais ça, aussi, ça demande une certaine forme d'assurance, des
choix assumés. Sur scène, j'utilise des pédales d'efets qui me permettent d'enfler et de suspendre le son. J'aime bien, par
exemple, régler les delays à la limite de l'emballement du feedback : certaines notes enflent sans qu'on sache trop si ça va
aller vers un larsen ou si ça va tenir. Oser laisser la musique se développer, jouer avec ce qu'elle a de mouvant et de limite,
tenir une durée, ne pas aller tout de suite vers ce qui est accrocheur, faire entrer les gens dans cette expérience-là : ce
sont des choix qui me plaisent et que j'aime prendre. Mais il m'arrive de douter, de me dire que je me trompe de propos,
que les gens vont être perdus. J'ai encore beaucoup de choses à explorer dans ce domaine.
Cette variété dans les approches rappelle qu'en tant que musicien, tu es d'une grande souplesse, d'une grande capacité
d'adaptation : dans les expériences de groupe, tu as toujours eu cette faculté de passer d'un univers à un autre.
Il y a plein de façons de faire et d'écouter de la musique, que j'aime de la même façon. Que ce soit de la musique
improvisée, plus basée sur le son, ou de la chanson plus pop, que ce soit de la musique ancienne ou des expressions plus
modernes : j'aime côtoyer toutes ces réalités et ces pratiques-là. Dans Mazalda, on est dans un fonctionnement purement
oral, on s'apprend les morceaux entre nous, qu'il s'agisse de reprises de musiques populaires de tous les pays ou de
compositions originales : chacun trouve plus ou moins son arrangement, le processus est collectif. Parallèlement, je joue
aussi dans un orchestre de neuf musiciens qui s'appelle Le Grand Bal des Cousins : là, tout est écrit à la note près, tout est
centralisé par le directeur de l'ensemble, Etienne Roche. Cette expérience-là, qui consiste à déchifrer et à découvrir
comment l'arrangement sonne avec les autres, est donc complètement différente. Mais j'aime tout autant ces deux
approches. J'aime aussi, dans l'improvisation libre, l'état et l'écoute qu'exige cette façon de tourner autour de la matière
sonore, qu'on soit musicien ou auditeur. Il faut faire un peu de vide en soi, laisser de la place… Alors que d'autres formes
plus accrocheuses, plus séduisantes d'entrée, ne demanderont pas cette démarche ; et ça fait du bien aussi.
Dans les chroniques qui ont été écrites au sujet de ton disque, reviennent de manière récurrente des fliations avec toute
une nébuleuse de songwriters anglais composée d'individualités comme Syd Barrett, Robert Wyatt ou Kevin Ayers.
Trouves-tu ça fatteur, surprenant, un brin paresseux ?
Je ne me suis pas dit que j'allais écrire "à la manière de", mais c'est évidemment fatteur : ce sont des gens que j'ai pas mal
écoutés et que j'aime, en particulier Barrett et Wyatt. Derrière eux, je vois d'autres infuences communes entrer en jeu :
chez Barrett, par exemple, j'entends aussi de la musique ancienne, qu'il a réinjectée dans des atmosphères plus planantes
– mélange auquel je suis moi-même très sensible.
Ce qui, dans l'esprit, peut te rapprocher d'un Robert Wyatt, c'est cette façon de refuser la banalité, dans l'harmonie comme
dans la conduite et la construction des chansons, sans tomber non plus dans le piège de la complexité à foison. Dans ce
jeu-là, la guitare a-t-elle été une précieuse alliée ?
Je ne suis pas du tout un bon joueur de clavier, mais quand je me retrouve devant les touches, j'adore plaquer un accord et
imaginer ceux que je pourrais enchaîner derrière. Les chemins d'accord, c'est vraiment quelque chose qui me plaît. Et pour
ça, la guitare permet efectivement d'en tracer, même s'il y a des contraintes au niveau du doigté… Chez Wyatt, j'aime
beaucoup ce rapport à l'harmonie, oui. Et son phrasé, aussi, son accent anglais qui, comme Syd Barrett, a sans doute
infuencé le mien. Après, pour sortir du domaine strictement anglais, quelqu'un comme Arto Lindsay m'a également
beaucoup marqué. J'aime chez lui ce mélange de questionnements sur soi et d'expressions par moments complètement
lâchées, ce mélange de doute et d'assurance. Je suis aussi allé voir Leonard Cohen lors de sa dernière tournée. Et j'ai été
frappé par l'image de cet homme qui a vraiment décidé de faire de la chanson à sa façon, sans se la jouer showman. C'est
très inspirant, ça. Personnellement, je ne me suis jamais senti de faire du divertissement, de jouer un rôle. Ce ne serait pas
moi. Ça deviendrait un job, un truc préfabriqué, sans intérêt. Avec Mazalda, nous nous sommes aussi vraiment construits
dans cette idée-là. On nous a souvent reproché, d'ailleurs, de ne pas parler sur scène, de ne pas être expansifs, etc. Mais
peu importe. Rencontrer ces gens-là m'a conforté dans l'idée qu'il fallait se construire et créer les choses à sa façon.
Pour en fnir avec Wyatt et toi : il y a entre vous un goût commun pour une certaine forme d'absurde, ou de fantaisie.
Ça, c'est quelque chose que je ne contrôle vraiment pas. J'ai même du mal à en jouer facilement. Je crois que ça vient du
fait que je n'ai pas un goût tellement prononcé de l'écriture et de la langue, comme peuvent l'avoir par exemple des gens
comme Bertrand Belin, ou encore Sing Sing et Eloise Decazes [de Arlt], que j'ai rencontrés en participant à l'enregistrement
de l'album de Greg Gilg. Leur approche m'attire beaucoup, mais je n'arrive pas du tout à avoir la même, ou alors très
difficilement. Est-ce que c'est parce que je n'ai vraiment pas grand-chose à dire, ou parce que j'ai vraiment trop
d'autocensure ? Il y a sans doute un peu des deux. C'est peut-être pour ça, aussi, que j'utilise majoritairement l'anglais : il
m'ouvre un terrain plus neutre, plus libre, où je me bride moins. J'aimerais écrire davantage en français, parce que je
trouve parfois bizarre de chanter en anglais devant un public français : je tends vers un maximum de simplicité, et à mes
yeux le choix de l'anglais ressemble par moments à un artifice, une façon de noyer le poisson. Mais j'ai encore trop de
blocages avec notre langue. Peut-être que je ne prends pas assez de temps, peut-être qu'il faudrait que je fasse des jeux
d'écriture, pour me libérer.
Chez toi, l'écriture n'est donc pas une pratique naturelle ?
Non. J'ai essayé, mais j'ai toujours trouvé ça lourd… Ça m'attire beaucoup, mais je voudrais atteindre une forme de légèreté
et d'ouverture qui m'échappe le plus souvent. Dans mon cas, les textes en français ont tendance à prendre beaucoup de
place et à tout écraser. Il est aussi plus dur d'être dans le son, dans la musique des syllabes : le sens prend vite le dessus,
chaque mot est chargé de sous-entendus… Dans mon cas, l'anglais m'amène donc à une forme de naïveté qui m'allège.
Tu évoquais tout à l'heure ta légitimité de musicien. Dans Micro-vertige et l'expérience du fottement, la question de la
place qu'on occupe, qu'on doit se trouver, à une petite comme à une grande échelle, dans l'environnement humain le plus
proche comme dans le vaste monde, se pose dès Proper Dance, le premier titre. C'est un thème qui court au long de
l'album.
J'ai écrit coup par coup, je n'avais pas de schéma prédéfni. Mais je me suis rendu compte a posteriori que l'album parlait
pas mal de ça, oui.
Tes anciennes activités dans la recherche ont-elles nourri ton écriture ? Avant même de savoir que tu étais chercheur, je
trouvais que tes textes, qui n'empruntent pas les registres du récit ou de la confidence, étaient construits comme de
petites études, des observations.
Je m'en suis aussi aperçu à travers les thèmes des chansons. Certaines d'entre elles ont même été carrément inspirées par
ces activités. Parasite, par exemple, est née d'une conférence qu'un collègue de labo avait donnée sur un parasite qui
change le comportement de ses hôtes – en l'occurrence des crevettes – pour favoriser sa reproduction. Une fois parasitées,
les crevettes, au lieu de se planquer au fond de l'eau, tournent à la surface : du coup, les oiseaux les bouffent
préférentiellement. Or, ces parasites ont besoin de passer par un tube digestif d'oiseau pour accomplir leur cycle de
reproduction… Dans ce cas-là, l'inspiration, transposée sous une autre forme, découle donc directement de ce qu'était
mon métier de chercheur. Moment de force s'appuie aussi sur les notions de systèmes mécaniques et de forces pour
illustrer la prise de décision et les hésitations qui peuvent l'entourer. Il y a aussi une chanson sur les statistiques… Je dois
dire que ça m'a fait plaisir de pouvoir tracer des liens entre ces thèmes-là et la musique. Des sujets comme l'évolution
continuent de m'intéresser vraiment, je lis encore des choses à ce propos ; ça reste présent dans mon esprit.
Du coup, on ressent aussi dans tes chansons cet écho et cet impact intimes que l'étude du vivant peut avoir dans le corps
comme dans l'esprit du chercheur.
C'est évident. Par exemple, j'ai longtemps travaillé sur les stratégies de reproduction de l'épinoche, un petit poisson. Par la
théorie de l'évolution, tu es amené à des schémas, des façons de voir les choses, des compromis. La grande question,
c'est : est-ce qu'on met toute notre énergie dans la reproduction, d'un coup, au détriment de notre survie, ou est-ce qu'on
ménage notre survie en étalant dans le temps l'énergie qu'on place dans la reproduction ? A travers ces expérimentations
et ces théories, il y a aussi une certaine satisfaction à essayer de simplifer des choses qui sont complexes. Et ça crée
forcément une résonance par rapport à nos propres modes de vie, notre propre manière de nous reproduire, ou pas. Ce
n'est pas du tout cloisonné… A ce propos, aussi, l'utilisation de l'anglais renvoie d'une certaine façon à mon passé de
chercheur : la plupart des articles que je lisais, ou que j'ai pu écrire, étaient dans cette langue. J'ai donc un rapport
particulier à l'anglais – renforcé par le fait que j'ai vécu un an aux Etats-Unis quand j'étais petit, en allant à l'école
américaine. J'ai un vrai goût, ancré et ancien, pour cette langue, qui s'est aussi exprimé par les musiques que j'ai pu
écouter par la suite. En plus, l'anglais scientifique est assez simple : dans une discipline ou un sujet donnés, il n'y a pas dix
mille mots de vocabulaire. Je crois que ça transparaît dans mon disque. Ma manière d'écrire des phrases vient aussi de
mon expérience et de ma pratique de l'anglais dans le cadre de la recherche.
Sais-tu vers quoi ouvre la suite de tes aventures en solo ? Ou est-il trop tôt pour distinguer une direction, un horizon ?
J'ai plusieurs nouveaux morceaux en chantier, mais je n'ai pas de paroles, justement… Ce n'est pas une partie du travail
que je contrôle. Je ne peux pas me dire : cet après-midi, je vais avancer sur tel texte. Tout ce que je sais, c'est que j'ai cette
envie de poursuivre cette expérience, de prolonger le fil.

Sofiane Saidi & Mazalda

Libération (27 mars 2018)




Télérama
(mars 2018)

"On croyait le grand raï mort avec le ­déclin de Khaled, Cheb Mami et con­sorts, dans le meilleur des cas réduit à quelques performances vocodées dans les boîtes à chicha des périphéries urbaines. Et voilà qu’il renaît par la voix rauque et enfumée d’un quadragénaire parisien originaire de Sidi Bel Abbès, en Algérie. Trois ans après El Mordjane, disque déjà prometteur, Sofiane Saidi est de retour, accompagné cette fois par Mazalda, un groupe de musiciens lyonnais avec lequel il a déjà électrisé les scènes françaises. En studio, guitares rock et synthés analogiques aux tournures mélismatiques invitent à tournoyer sous les étoiles (el ndjoum en arabe), sur un groove vintage mouillé d’une réverbe intimiste et chaleureuse, qui rappelle moins le raï des années 1990 que celui de la décennie précédente. Car, au-delà de la fête, plus cosmique que stroboscopique, Sofiane Saidi renoue surtout avec l’âpreté des origines, mélangeant batterie et derboukas, flûte électronique et flûte de roseau traditionnelle. Adaptées de vieux morceaux raï, ses chansons suintent le blues, celui que les bergers noyaient autrefois dans la bouteille sous les oliviers. La reprise du Saïda de Cheikha Rimitti qui clôture le disque — un chant de l’exil lancinant — donne des frissons." Anne Berthod